50ȻƵ

䲹è dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

䲹éǰ

Faits & méfaits

Retour

05 septembre 2023

Kim Desormeaux - kdesormeaux@medialo.ca

Il voulait découper ses collègues

1623tentative

©dzܰٴǾ

M. Petitclerc plaide coupable.

Un jeune éducateur, de 20 ans, en service de garde s’était présenté à l’automne dernier, sur son lieu de travail, l’école primaire Jean-De-La-Fontaine de Terrebonne, avec plusieurs armes blanches sur lui. Il plaide coupable aux chefs d’accusation de tentative de meurtre.

«J’ai tellement d’armes blanches dans mes poches que je vais avoir le choix lors du découpage humain. Peut-être bien que j’essayerai de manger son foie. Elle a de la chance d’être ma première victime», était-il possible de lire dans une lettre retrouvée sur lui lors de son arrestation.

Le 24 octobre dernier, à l’école primaire Jean-De-La-Fontaine, M. Petitclerc s’est présenté comme à l’habitude depuis deux mois. Quelques instants avant que les élèves sortent dans les couloirs, celui-ci se serait mis à la recherche de ses victimes qui avaient été soigneusement sélectionnées. Il semblerait qu’elles ressemblaient toutes à des gens sur qui il avait déjà fait des fixations. « À un certain point, il a exhibé un couteau et a continué de marcher avec celui-ci, a relaté le lieutenant-détective Jean-François Lacroix, policier à Terrebonne, lors de son enquête sur remise en liberté. Certains enfants qui s’apprêtaient à sortir dehors ont été témoins de la scène et des enseignants se sont empressés d’aller aviser la direction et les autorités ». Une bénévole de l’école l’avait intercepté et l’avait dirigé vers une sortie. L’accusé avait percé les pneus de véhicules dans le stationnement avant de se faire arrêter. Lors de la fouille, un couteau, deux exactos, un scalpel et un pic ont été retrouvés sur lui. Des lettres détaillant des propos meurtriers ont aussi été récupérées dans ses poches.

De Megan Petitclerc à Micheal Petitclerc

Lors de son incarnation à l’Institut national de psychiatrie légale Philippe-Pinel, Megan Petitclerc, la femme ayant voulu tuer ses collègues, s’est fait diagnostiquer une dysphorie des genres. Megan désire donc se faire appeler Michael, désormais.

Une peine de prison non déterminée

À ce jour, le temps que passera M. Petitclerc en prison n’est toujours pas déterminé. Une suggestion de 28 mois en prison a été soumise à la juge Dominique Larochelle. Elle rendra sa décision à la mi-octobre 2023.

 

Pour lire davantage d’articles, vous pouvez désormais nous suivre sur Twitter : twitter.com/JournalLaRevue et sur LinkedIn : bit.ly/linkedinlarevue.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité