50ȻƵ

䲹è dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

䲹éǰ

ٳܲé

Retour

07 décembre 2023

Laureen Peers - lpeers@medialo.ca

Mascouche participe à la Grande semaine des tout-petit

Les futures générations

Un nouveau drapeau a été hissé devant l’hôtel de ville de Mascouche le 20 novembre dernier dans le cadre de la 8e édition de la Grande semaine des tout-petits (GSTP). 

Pour la première fois, la Ville de Mascouche s’est jointe au mouvement collectif la Grande semaine des tout-petits qui s’est déroulée du 20 au 26 novembre sous le thème S’élever ensemble pour le respect des droits des tout-petits !

« Mon équipe et moi sommes fiers de nous joindre au mouvement collectif pour nos tout-petits », a déclaré le maire de Mascouche, Guillaume Tremblay. « La population de Mascouche compte de nombreux enfants et les décisions et orientations que nous prenons se doivent de tenir compte d’eux. J’en profite pour souligner le travail des organismes et de tous les travailleurs qui œuvrent au quotidien auprès de nos enfants. »  

C’est d’ailleurs entouré de représentants de Parenfants, de la Coopérative de Solidarité Le Chez-Nous du Communautaire des Moulins, de familles et d’enfants mascouchois, de la conseillère municipale Anny Mailloux et de Bruno Lapierre, attaché politique de Luc Thériault, député de Montcalm, que le maire Tremblay a hissé le drapeau devant l’hôtel de ville.  

2923_levé de drapeau Mascouche

©Laureen Peers - La Revue

C’est le 20 novembre, à 10h, que le maire de Mascouche Guillaume Tremblay a hissé le drapeau de la Semaine devant l’hôtel de ville.

« Les 0-6 ans, c’est la relève de demain. Ce sont eux dans quelques années qui seront à la tête des villes, à la tête du gouvernement. C’est important de prendre soin de nos jeunes » a-t-il dit avant de citer le célèbre proverbe « il faut tout un village pour élever un enfant ». 

La Ville de Mascouche a également rappelé l’importance de traiter chaque tout-petit équitablement et avec justice, peu importe son genre, ses parents, son origine, sa culture, son lieu de naissance, son milieu de vie, sa langue, sa religion ou même son état de santé mentale ou physique. « Il est de notre devoir à tous de nous assurer du respect des droits de l’ensemble des tout-petits pour mieux prévenir et réduire les inégalités sociales », peut-on lire dans le communiqué.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité